Contrôle technique

Le secteur du contrôle technique est très dépendant de l’évolution des règlementations. Confronté à d’importantes problématiques de main d’œuvre, le secteur crée des emplois de façon régulière depuis 2013.

5 198 entreprises
11 597 salariés

Acteurs

L’ouverture des centres de contrôle technique est soumise à un agrément préfectoral. En progression régulière jusqu’à 2015, le nombre de centres est plutôt stable depuis cette date.

L’UTAC-OTC comptabilise environ 6 300 centres de contrôle de véhicules légers et 380 centres de contrôle de poids-lourds.
Quatre enseignes représentent six centres de contrôle technique sur sept : Dekra-Norisko, SGS (Securitest et Autosécurité), Autovision et Autosur. Les centres de contrôle techniques restant sont généralement membres de coopératives (Autosecuritas, Auto’nome, etc.)

Marché

Environ 25,5 millions de véhicules sont contrôlés chaque année. 

La stabilité du parc automobile, le niveau constant des immatriculations VO permet d’assurer une base de marché stable. Le vieillissement du parc automobile en circulation contribue à renforcer l’activité du secteur.

L’activité est très réglementée. La directive européenne 2014/45 UE transposée en mai 2017 et appliquée à partir de mai 2018 prévoit une réorganisation des critères de contrôle, une évolution de la posture et des compétences des contrôleurs techniques (jugement d’un niveau de dangerosité présent et futur) et une exigence de compétences de niveau Bac Pro pour l’accès aux formations qualifiantes de contrôleurs techniques.

Emploi

Le secteur du contrôle technique a connu une forte progression de l’emploi jusqu’en 2010, puis une période de relative stabilité. Ces dernières années sont marquées par une progression de l’emploi légère mais régulière.

Le secteur est caractérisé par une faible part de femmes exerçant dans ce secteur (15 %) et par un âge moyen des salariés plus élevé que la moyenne (41 ans au lieu de 39 dans le reste de la branche).

Le métier de contrôleur technique est l’un des métiers de la branche le plus difficile à recruter. 59 % des recrutements de contrôleurs techniques sont jugés difficiles par les entreprises (pour 44 % dans le reste de la branche) et un quart des recrutements dure plus de trois mois (pour 15 % sur le reste de la branche).

Formation

Actuellement, les contrôleurs techniques se forment soit : 

  • Grâce à un CQP Contrôleur Technique (environ 70 personnes en formation en 2017 dans le cadre d’une POEC) ;
  • Grâce au titre professionnel « Contrôleur technique automobile » délivré par le ministère du travail (environ 400 jeunes formés dans les centres AFPA) ;
  • En effectuant une formation professionnelle continue dans l’un des centres des réseaux de contrôle technique, de la FCA ou du GNFA.