Commerce et réparation automobile

Deux tiers des salariés de la branche travaillent dans l’entretien-réparation et le commerce automobile. Ce secteur est caractérisé par une dynamique positive tant au niveau de l’emploi que de la formation grâce à la reprise économique. 

104 175 entreprises
295 897 salariés

Acteurs

Les acteurs du commerce et de la réparation automobile de véhicules particuliers (CRA VP) sont :

  • Les filiales des constructeurs automobiles,
  • Les distributeurs agréés (RA1 / Concessions),
  • Les négociants VO, les marchands et les mandataires, 
  • Les Réparateurs Agréés de niveau 2 (RA2 / Agents de marque), 
  • Les Mécaniciens Réparateurs Automobile (MRA), 
  • Les centre-auto, 
  • Les carrosseries (voir page de présentation du secteur)
  • Les réparateurs rapides, 
  • Les pneumaticiens,
  • Les spécialistes du vitrage. 

Marché 

Le marché s’organise autour de trois activités :

  • La vente de véhicules : Les Véhicules Neufs (VN) sont vendus par les filiales et les distributeurs agréés. Ces derniers vendent également des Véhicules d’Occasion (VO) récents tout comme les RA2, les MRA et les négociants. Les deux tiers des VO sont vendus de particulier à particulier. 
    Le marché VN est reparti à la hausse depuis 2014. Il est soutenu par les ventes à entreprises (plus de la moitié des immatriculations). Le budget des particuliers est de plus en plus contraint par la dette immobilière, ils se tournent donc de plus en plus vers la LOA (Une vente sur trois aux particuliers, Source : Autoactu).
  • L’entretien et la réparation automobile est un marché partagé entre les réseaux constructeurs pour les véhicules récents et la réparation indépendante. Les centre-auto, réparateurs rapides et pneumaticiens sont spécialisés sur des activités de maintenance courante. Une opération d’après-vente sur quatre est réalisée par les particuliers eux-mêmes.
    Malgré un budget des ménages contraint, le marché de l’après-vente est stable, soutenu par la stabilité du parc, la croissance des prix, le développement des contrats d’entretien (une voiture sur deux de moins de deux ans) pour les réseaux de marque et le durcissement du contrôle technique.  
  • Le commerce de pièces s’exerce dans toutes les entreprises de la réparation automobile. Les distributeurs agréés organisent la vente des pièces de marque. Les centre-auto proposent une boutique en libre-service de pièces et d’accessoires. 
    Le marché subit une concurrence grandissante des acteurs internet et de la grande distribution. Certains constructeurs mettent en place des plateformes logistiques de stockage et distribution de pièces.

Emploi

Ce secteur représente 2 emplois sur 3 dans la branche. L’emploi est réparti entre l’atelier (50 %), la vente (16 %), le secrétariat, accueil (8 %), la pièce (6 %) et les fonctions supports (21 %). Source : RGP, 2015. 

Après une forte baisse entre 2003 et 2013, l’emploi repart à la hausse grâce notamment au développement des immatriculations et à l’amélioration du contexte économique.
La quasi-totalité des salariés sont en CDI, réduisant les mouvements de main d’œuvre expérimentée sur le marché du travail. De plus, 2,5 % des ouvriers partent en retraite annuellement, ce qui génère des besoins structurels en main d’œuvre

Formation

En raison de la baisse de l’emploi sur la période 2003-2013, le nombre d’apprentis formés à ces métiers a fortement chuté, induisant aujourd’hui, à la reprise du marché, des difficultés de recrutements en personnel qualifié.

Cependant depuis 2014, les effectifs en formation repartent à la hausse grâce à l’alternance. Près de 38 000 jeunes sont formés en 2018/2019 dans ces filières. L’insertion des apprentis dans l’emploi a fortement progressé depuis 2014 : trois apprentis sur quatre sont en emplois sept mois après leur sortie de formation.