Tous nos services

Les métiers et les formations

Tout savoir sur les métiers et les formations de l’auto, du camion, de la moto, du vélo !

Accéder Les métiers et les formations

Le Campus

Découvrez le Campus des services de l’automobile et de la mobilité.

Accéder Le Campus

Les offres d'emploi

Le jobboard entièrement dédié aux services automobiles.

Accéder Les offres d'emploi

La SSAM

En savoir plus sur la Semaine des services de l’automobile et de la mobilité.

Accéder La SSAM

Prospective

Depuis 2008, l’Observatoire des métiers des services de l’automobile met en place des travaux prospectifs destinés à identifier les besoins en qualification de la branche à moyen terme. S’engager dans une démarche prospective n’est pas de prédire ou de prévoir l’avenir mais déterminer à travers l’édification de scénarios le champ des évolutions possibles.

Méthode

Sur la base de travaux prospectifs réalisés en 2008, en 2015 et en 2020, l’Observatoire des métiers des services de l’automobile, historiquement aidé du Céreq, a reconstitué un système statistique complexe organisé autour de l’évolution de l’emploi salarié, de l’évolution de la structure des catégories sociales, des départs en fin de carrière, de la mobilité intersectorielle et des promotions professionnelles. Ce système permet d’aboutir aux besoins en recrutement que la branche des services de l’automobile doit former et qualifier annuellement.

L’Observatoire s’est entouré d’un groupe d’experts issus du monde universitaire et de cabinets conseils spécialisés dans l’automobile. Les services de l’Etat spécialisés dans la prospective en besoins en qualifications (Céreq, France Stratégie) permettent également aux services de l’automobile d’accéder aux données des départs en fin de carrière et de la mobilité.

La méthodologie prospective développée par l’Observatoire de la branche des services de l’automobile est une de celles qui sont proposées par le cabinet Futuribles, cabinet d’étude en anticipation.

Le travail prospectif proposé par l’Observatoire concerne les secteurs du commerce et de l’entretien automobile de véhicules particuliers, de motocycles et de véhicules industriels auquel s’adjoint le contrôle technique automobile.

  • Elle s’appuie sur l’identification de variables définies par un groupe d’experts qui permettent de comprendre comment l’emploi peut évoluer dans ces secteurs. Chacune des variables font l’objet d’hypothèses d’évolution.
  • Les hypothèses des variables ainsi définies sont croisées pour construire des scénarios.
  • Les scénarios sont appliqués à un modèle statistique.

L’une des finalités du modèle statistique est de définir des « besoins de main-d’œuvre externes à qualifier » : c’est-à-dire le nombre de jeunes que la branche des services de l’automobile a besoin de former chaque année.

Variables

Le groupe d’experts s’est accordé en 2020 sur 14 groupes de variables susceptibles de faire varier l’emploi dans le commerce et la réparation automobile.

Parmi elles, les variables macro-économiques apparaissent encore une fois déterminantes. Les politiques monétaires développées dans un passé proche ont permis au commerce automobile de rebondir et les politiques budgétaires peuvent contribuer à relancer la consommation automobile.

Les principales autres variables sont fortement liées aux orientations des politiques monétaires et budgétaires notamment :

  • La typologie des consommateurs automobiles ;
  • L’effet des changements de motorisation ;
  • Les politiques publiques de régulation des mobilités ;
  • La situation des secteurs utilisateurs de véhicules industriels (transport, BTP, industrie) ;
  • L’évolution de l’occupation de l’espace par les ménages ;
  • L’évolution démographique.

La question du partage de la valeur entre constructeurs et distributeurs sera également sensible au cours de la prochaine décennie dans le développement de l’offre de véhicule d’occasion ou des services digitaux offerts aux consommateurs.

Scénarios

A l’horizon 2030, l’observatoire propose donc d’imaginer trois politiques sociales et économiques possibles qui mettent l’accent sur trois priorités différentes :

  • la relance de l’économie par une consommation plus verte : un scénario de relance
  • la lutte contre le réchauffement climatique : un scénario de régulation écologique
  • le remboursement de la dette souveraine : un scénario d’austérité.

Prospective

A l’horizon 2030, il a été évalué :

  • Que le volume d’emploi du commerce et de la réparation automobile pourrait se situer entre 319 000 et 395 000 en 2030 selon les scénarios.
  • Que l’âge moyen des départs en fin de carrière pourrait se situer entre 60 ans pour les ouvriers et 61 ans pour les autres professions, induisant entre 7 600 et 7900 départs annuels.
  • Que la mobilité intersectorielle pourrait occasionner 800 besoins de formation ou au contraire réduire les besoins de formation de 1 800 jeunes.

Finalement, c’est entre 8 500 et 12 500 jeunes que le secteur du commerce et de la réparation automobile devrait former et recruter annuellement à l’horizon 2030.