Prospective métiers

Carrosserie peinture

Contexte et éléments prospectifs

Lieu d'exercice de l'activité

L'activité de carrosserie peinture peut s'exercer : chez un artisan carrossier affilié ou non à un réseau (soit un réseau de marque de peinture comme Five Star, Identica ou un réseau de distributeurs stockistes comme AD carrosserie ou Top Carrosserie), dans une entreprise des réseaux constructeurs (concessionnaire ou réparateur agréé) ou un MRA. Les enseignes sont en forte progression.

Description de l'évolution du marché

Aujourd'hui, on estime que les réseaux constituent 55 % du marché alors que 20 ans auparavant, les indépendants détenaient l'ensemble du secteur. 80 à 90 % du marché sont pris en charge par les assureurs.

Le marché de la réparation collision évolue en fonction de plusieurs paramètres : 

  • baisse régulière du coût moyen des interventions et des sinistres, 
  • développement du service rapide en carrosserie (raccords, débosselage sans peinture...)  et de ventes additionnelles (proposition commerciale, réparation de pare-brise ...) 
  • développement du service clientèle (rapidité d'intervention, proposition d'un véhicule de courtoisie...).

Avec tous les systèmes de sécurité passive, les voitures sont rapidement classées irréparables en cas de gros choc. L’avenir reste orienté vers les petits chocs, et les interventions "hors assurance", à la clientèle difficilement captive. De plus, la croissance des ventes des véhicules d'entrée de gamme n'est pas favorable au développement des activités de carrosserie (seuil de réparabilité). Enfin, la forte croissance du prix des pièces de carrosserie réduit d'autant la rentabilité des interventions.

L'activité est dépendante des phénomènes conjoncturels extérieurs : variation des conditions météorologiques, baisse de l'accidentologie, augmentation et durcissement des conventions d’agrément de la part des assurances et mutuelles, marges commerciales diminuées sous la pression des donneurs d’ordre (assurances, mutuelles), diminution du budget des ménages au détriment de la réparation des petits chocs, renforcement de la sécurité routière, développement de l'écoconduite, ralentissement de l'usage du véhicule.

Certains prévisionnistes envisagent une poursuite de la baisse de l'activité carrosserie à l'horizon 2015 en volume (-1,1 millions d'opérations entre 2008 et 2015) et en valeur (-1md d'euros).

Description de l’évolution de la réglementation

Procédure VGE (Véhicules gravement endommagés) : l’expert en automobile, saisi par l’assureur automobile, peut retirer de la circulation un véhicule en raison de la gravité des dommages subis suite à un accident de la circulation. L'objectif est de détecter après un accident les véhicules qui présentent un danger immédiat pour la sécurité afin de les retirer temporairement de la circulation jusqu'à réparation et expertise. La procédure est gérée par les préfectures. Elle peut impliquer jusqu'à un mois de délai entre la réparation et l'autorisation de circuler accordée par l'expert.

En vue de réduire les émissions de solvants dans l'atmosphère, le Conseil Européen a adopté la directive C.O.V (1999/13/CE) le 11 mars 1999. Ce texte fixe des objectifs de réduction des émissions de solvants dans l'Union Européenne. Le carrossier doit : réaliser un plan de gestion des solvants (si plus de 1 tonne par an de solvants), tenir une comptabilité de quantités des produits achetés et de leurs teneurs en solvant ; mesurer les émissions de solvants et respecter les limites, investir dans du matériel coûteux. Le carrossier peut être dispensé de ces mesures à trois conditions : utiliser des produits à faible teneur en solvants (hydrodiluables ou haut extrait sec) ; appliquer ces produits avec des équipements appropriés ; nettoyer ces équipements dans des enceintes closes.

Eurodesign : pas de concurrence sur les pièces de carrosserie neuves, seuls les constructeurs fixent les prix.

Depuis un arrêté d'avril 2009, l'expert d'une compagnie d'assurance peut désormais proposer des pièces de réemploi à son assuré à la suite d'un sinistre automobile. Cela permet notamment de réparer des véhicules qui n'auraient pas pu être réparés avec des pièces neuves car le coût de réparation aurait dépassé la valeur vénale du véhicule. Mais cela permet aussi de baisser considérablement le coût de la pièce, divisé de moitié. Développement d'accords et d'expérimentations liées à l'usage de pièces de réemploi entre assureurs et réparateurs

Technique

  • Evolution des matériaux : nouveaux matériaux comme l'acier, l'aluminium, le plastique, sur lesquels il est complexe d’intervenir, qui impliquent de nouveaux procédés de soudures et d'assemblage et qui nécessitent des investissements en matériel et en formation.
  • Progression de l’électronique embarquée : montage et démontage d'éléments éléctroniques pour accéder aux éléments de carrosserie, impliquant des connaissances en électricité et une maîtrise des précautions spécifiques liées à la manipulation de ces éléments.

Sociodémographique

Une forte diminution du nombre des artisans carrossiers a été observée ces dernières années (-50 % entre 1990 et 2006). La moyenne d'âge élevée des artisans carrossiers est relativement élevée (32 % d'artisans âgés de + 50 ans en 2006). Enfin, une diminution importante du nombre d'apprentis dans la carrosserie a pu être constatée (- 40 % entre 2002 et 2010).

États des lieux de l’emploi et de la formation

Descriptif quantitatif de l’emploi

Dans les services de l'automobile, on estime le nombre de carrossiers avec ou sans spécialité peinture à un peu plus de 24 000 ouvriers et 3 600 artisans-carrossiers. Leur nombre diminue fortement depuis 2000 et pourrait continuer à diminuer. Il est aussi possible que les très fortes baisses enregistrées sur la dernière décennie produisent à moyen terme un effet seuil au-dessous duquel il serait difficile de maintenir l'activité.

Activité Ouvriers de la carrosserie-peinture Artisans-carrossiers
Volume Environ 24 300 Environ 3 600
Âge moyen 36,7 ans 43,6 ans, 29% ont plus de 50 ans
Sexe 99,5 % d'hommes 99 % d’hommes
Diplômes

• 17 % sans diplômes

• 68,5 % de niveau V

• 12 % de niveau IV

• 16 % sans diplômes

• 69,5 % de niveau V

• 9,5 % de niveau IV

Contrats

• 90,5 % en CDI

• 6 % en CA

 

Source : INSEE RGP 2010

Mode de recrutement

Les carrossiers et carrossiers peintres sont recrutés en majorité par les artisans auto et les artisans carrossiers (65%), puis par les agents de marque (24%). Le premier diplôme à l'embauche est le CAP (33% des personnes recrutées sur ce métier avaient un CAP contre 18 % pour l'ensemble des métiers auto), l'expérience est valorisée (71% des personnes recrutées avaient de l'expérience), mais l'accès à ces métiers est ouvert aux jeunes : 53 % des carrossiers recrutés avaient moins de 25 ans (contre 48 % tous métiers). Les recrutements se font majoritairement en CDI (84 % contre 75 % tous métiers).

Effectifs en formation

La filière de formation en Carrosserie-peinture compte

  • un CAP Réparation des carrosseries (4 836 jeunes),
  • un CAP Peinture en carrosserie (2 129 jeunes),
  • un Bac Pro Réparation des carrosseries (5 146 jeunes),
  • un CQP carrossier peintre (309),
  • un CQP peintre confirmé (96),
  • un Brevet de Maîtrise Peintre en carrosserie (29).

Soit 12 545 jeunes sur l'ensemble de la filière en 2012/13, dont 45% sont formés en alternance.

Évolution des activités

Carrosserie rapide (sans peinture)

Activités Évolution des activités

 

Réparation ou remplacement de vitrage

pare-brise, vitres…

Débosselage sans peinture

déformation des tôles en surface, véhicules grêlés, petits impacts...

Réparation sièges et tableaux de bord

 

  • Technique : outillage et technique spécifiques en fonction des enseignes (type de colle, outil pour la dépose/pose des pare-brise). Le redressage sans peinture nécessite un "coup de main" (technique + entraînement).
  • Marché : accroissement de la concurrence. Des centres auto, des enseignes spécialisées se sont placés sur le marché du vitrage.
  • Méthode et organisation : spécialisation du personnel. Agrément auprès des assureurs.

Carrosserie rapide (avec peinture)

Activités Évolution des activités

 

Réparation des chocs légers et moyens, sans "passage au marbre"
  • Remplacement d'éléments facilement démontables (capots, ailes avant, portes, hayons, optiques…)
  • Remplacement, réparation, mis en peinture d'éléments thermoplastiques
  • Petits chocs, raccords localisés
Peinture
  •  Traitement de surface
  • Préparation des ingrédients (colorimétrie)
  • Application des produits (produits solvantés, produits hydrodiluables)

 

 

  • Technique : nécessite, pour intervenir sur le véhicule rapidement, des connaissances en carrosserie, en mécanique et une bonne technicité en peinture (retouche, teinte).
  • Marché : activité en croissance. L’essor des matériaux plus élastiques à mémoire de forme affecte de plus en plus l'activité petit choc. La tendance est au remplacement des pièces au détriment de la réparation. Or, en ce domaine, les constructeurs ont aussi leur place, car ils ont plus de force de négociation.
  • Méthode et organisation : polyvalence du personnel, développement de la relation de service client pour capter les interventions sur petits chocs et les interventions hors assurance.

Carrosserie traditionnelle (carrosserie lourde)

Activités Évolution des activités

 

Réparation des chocs importants
  • Dépose/pose d'éléments mécaniques pour accéder aux pièces à réparer ou remplacer
  • Châssimétrie ("passage au marbre" pour réaligner les éléments qui constituent le châssis du véhicule)
  • Soudure des éléments acier ou aluminium (procédés MIG, MAG, TIG et SERP)
Peinture
  • Traitement de surface
  • Préparation des ingrédients (colorimétrie)
  • Application des produits (produits solvantés, produits hydrodiluables)

 

 

  • Technique : nécessite des moyens lourds de châssimétrie et de restructuration. Des postes à souder adaptés aux derniers matériaux utilisés en carrosserie comme l'aluminium. Utilisation de débosseleur acier aluminium, cabines de peinture, station de maintenance des climatisations.
  • Marché : activité en baisse (moins d'accidents, chocs moins violents, le coût des interventions élevé favorise le passage en épave du véhicule).  Cette activité est souvent réservée aux entreprises organisées en réseau ou aux concessionnaires et réparateurs agréés (car investissements importants en matériel et en infrastructure).
  • Méthode et organisation : utilisation d'outillage spécifique, méthode de dépose-pose spécifique en fonction des technologies et des constructeurs.

 

Les qualifications

Ouvriers - employés

Les qualifications Objet de la qualification
Carrosserie
Tôlier ferreur / B.3.1
  • Réalisation d'interventions portant sur éléments amovibles des véhicules.
Tôlier spécialiste / B.6.1
  • Réalisation d'interventions portant sur éléments amovibles et inamovibles des véhicules.
  • Remise en forme des éléments de carrosserie.
Tôlier confirmé / B.9.1
  • Réalisation de l'ensemble des interventions en carrosserie.
  • L'exercice de l'activité inclut le diagnostic des déformations d'un véhicule accidenté ainsi que les interventions sur éléments de structure.
Peinture
Peintre préparateur / B.3.2
  • Réalisation d'activités de préparation des véhicules avant peinture (ponçage / masticage…).
Peintre spécialiste / B.6.2
  • Le peintre spécialiste réalise l'ensemble des activités de préparation et l'application de peinture sur véhicules.
Peintre confirmé / B.9.2
  • Réalisation de l'ensemble des interventions spécifiques de peinture, comprenant les activités de colorimétrie.
Carrosserie - Peinture
Carrossier peintre / B.12.1
  • Réalisation de l'ensemble des interventions en carrosserie et en peinture.
  • L'exercice de l'activité inclut le diagnostic des déformations d'un véhicule accidenté ainsi que les interventions sur éléments de structure.
  • Elle comporte également la réalisation de l'ensemble d'une intervention en peinture : de la préparation des surfaces à l'application des couches de finition.
Maintenance Collision
Mécanicien collision / B.3.3
  • Réalisation d'activités de dépose-pose d'éléments mécaniques, électriques et électroniques, nécessitées par une intervention de carrosserie / peinture.

Maîtrise

Les qualifications Objet de la qualification
Réceptionnaire après-vente/chef d’équipe atelier / B.20.1
  • Le réceptionnaire accueille et conseille les clients du service après-vente.
  • Il réalise les activités visant le déclenchement de remise en état du véhicule, la restitution des véhicules aux clients, ainsi que la commercialisation de produits et services.
  •  Le chef d'équipe atelier assure une fonction d'encadrement et éventuellement de réception.

Cette qualification peut constituer, pour un ouvrier professionnel confirmé, une promotion au-delà de l’échelon 12, dans une activité partagée entre l’exécution de travaux complexes sur véhicules, l’encadrement d’une petite équipe et le tutorat de jeunes en formation.

Gestionnaire d'atelier / contremaître d'atelier / B.23.1
  • Le titulaire de la qualification assure des activités de gestion et d’organisation de l’après-vente.

Il peut exercer son activité dans deux types de contextes :

  1. dans les entreprises dont le secteur après-vente comporte plusieurs pôles (ex; : atelier / service rapide / carrosserie-peinture…), il participe à l’encadrement d’un pôle après-vente,
  2.  lorsque l’activité après-vente de l’entreprise est limitée, ne nécessitant pas une organisation en plusieurs pôles, il assure, en appui d’un responsable hiérarchique qui peut être le chef d’entreprise lui-même, la responsabilité de ce secteur.

Cadres

Les qualifications Objet de la qualification
Cadre technique d'atelier / B.C.I.1
  • Le cadre technique d’atelier assure des activités de gestion et d’organisation de l’après-vente.
  • Le cadre technique contribue au développement commercial de l’après-vente.
  • Il a sous sa responsabilité un ou plusieurs agents de maîtrise.

Il peut exercer son activité dans deux types de contextes :

  1. dans les entreprises dont le secteur après-vente est structuré en plusieurs pôles d’activité distincts : il assure la responsabilité d’un ou de plusieurs des pôles après-vente (atelier / service rapide / carrosserie-peinture…) ;
  2. lorsque l’activité après-vente de l’entreprise ne nécessite pas une organisation en pôles distincts, il assure, en appui d’un responsable hiérarchique qui peut être le chef d’entreprise lui-même, la responsabilité de ce secteur.
Adjoint au chef après-vente/ responsable d'atelier / B.C.II.1
  •  L’adjoint au chef après-vente intervient en appui d’un responsable hiérarchique, qui est le chef après-vente.
  • Le responsable d'atelier réalise, en appui d’un responsable hiérarchique qui peut être le chef d’entreprise lui-même, les activités d’encadrement, d’organisation et de gestion du secteur après-vente.
  • Il assure le développement commercial de l’après-vente.
  • Il peut également avoir la responsabilité du SAV sur un site décentralisé.
  • Il a sous sa responsabilité un ou plusieurs cadres de niveau I et/ou agents de maîtrise, ainsi que les autres salariés concourant à la réalisation de l'activité.
Chef après-vente / B.C.III.1
  • Le chef après-vente assure les activités d'encadrement, d'organisation et de gestion de l'ensemble du secteur après-vente.
  • Il intervient dans le cadre d'une entreprise ou d'un groupe d'entreprises dans laquelle l'activité après-vente, du fait de son importance, peut être structurée en plusieurs pôles distincts (atelier / service rapide / carrosserie-peinture…).
  • Il assure également le développement commercial de l'après-vente.
  • Il a sous sa responsabilité l’ensemble des cadres et du personnel du secteur.

Problématiques emplois/compétences et réponses de la Branche

Problématiques  emplois / compétences Réponses possibles de la branche
Évolution du marché
  • Développement des technologies liées au service rapide, des ventes additionnelles et de la relation clientèle
Offre FC
Au plan technique
  • Évolution des matériaux et des techniques
  •  Progression de l'électronique embarquée
Offre FC
Offre FC
Au plan sociodémographique
  • Diminution du nombre des artisans carrossiers dont la moyenne d'âge est élevée
Dispositif GPEC TPE
Recrutement de jeunes en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation (dont CQP)

 

Au plan de l'emploi
  • + de 90% des ouvriers de la carrosserie ont un niveau de diplôme ≤ niveau 5
  • Recherche de profil polyvalent
Favoriser l'accès à la certification, CQP en particulier, par la VAE éventuellement conjuguée à la formation
Développement du CQP Carrossier Peintre en contrat de professionnalisation ou en VAE
Mode de recrutement
  • Valorisation de l'expérience
VAE comme mode de reconnaissance de cette expérience
Évolution des activités(voir les évolutions du marché et les évolutions techniques)
  • Habilitation requise pour l'intervention sur climatisation
Offre FC

Thématiques et offres de formation continue

Offre FC
  (gammes, offre virtuelle…)
Thèmes
Outils & Méthodes Carrosserie-Peinture
  •  Hygiène & Sécurité en carrosserie-peinture
  • Informatique en carrosserie-peinture
  • Documentation en carrosserie-peinture
  • Accueil et restitution en carrosserie-peinture
  • Gestion de stock en carrosserie-peinture
  • Méthode de réparation rapide
Carrosserie
  • Éléments amovibles (dépose repose)
  • Redressage
  • Remplacement partiel
  • Châssimétrie
  • Vitrage
  • Matériaux composites
  • Sièges et tableau de bord
Peinture
  • Traitement de surface
  • Application peinture
  • Raccords
  • Colorimétrie
  • Rectification des défauts
  • Personnalisation de véhicule
Mécanique collision
  • Electricité
  • Climatisation
  • Refroidissement
  • Trains roulants
  • GPL/c

Le point en vidéo

Interview de Jean TEIXEIRA, Expert Carrosserie Peinture au sein du GNFA.

Get Adobe Flash player

Références, téléchargement

Ce document a été réalisé avec la collaboration de Jean TEIXEIRA, coordinateur de conception au GNFA.

Vous pouvez retrouver ces informations en téléchargeant le document suivant :